Exposition : Par les champs, par les grèves

Carton de présentation de l'exposition : "Par les Champs, par les grèves", à l'atelier d'été de la peintre Jeannie Lucas, elle invite cette anée le Photographe Samuel Guille et sa série "Face  aux éléments"

Face aux éléments

Exposition de Jeannie LUCAS, dessins peints, et Samuel GUILLE, photographies
Atelier d’été, 3 place du sel au quartier Chateauneuf ,
26160 la Bégude de Mazenc.
Tel 04 26 51 55 85.

« Par les champs et par les grèves » (voyage en Bretagne) est un récit de voyage écrit par Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, rédigé en 1847 et publié séparément entre 1852 et 1881. Ouvrage écrit par deux amis et composé de douze chapitres, Du Camp rédigea les chapitres pairs et Flaubert, les chapitres impairs. Pour Flaubert, ce voyage a été « une fort jolie excursion ». Sacs au dos et souliers ferrés, ils ont fait tous deux 160 lieues dans des conditions parfois difficiles. Il est très satisfait de son expédition, impressionné par la mer, « le grand air, les champs, la liberté, j’entends la vraie liberté, celle qui consiste à dire ce qu’on veut, à penser tout haut à deux, et à marcher à l’aventure en laissant derrière vous le temps passer sans plus s’en soucier que de la fumée de votre pipe qui s’envole. », citation en exergue de cette exposition de Samuel Guille et Jeannie Lucas, tous deux arpentent, pour l’un les grèves et les dunes, pour l’autre les étendues marines et les ciels encadrés parfois de monts ou de collines.

Le silence est constituant de leurs réflexions actuelles et des choix auxquels ils sont confrontés, ce point de vue plus qu’un autre, ce cadrage à celui-là, ce graphisme ou cet autre, soulignant pour chacun d’eux, la part nécessaire du libre champ de leur imagination, de celle imposée par leur technique, l’un l’appareil photo, l’autre la plume griffant ou caressant le papier. Au bruit que produisent leurs instruments et leur matériau, s’oppose le silence de la Nature. Luc Brisson* rapporte une prosopopée* d’un échange entre Plotin* et ses disciples, si quelqu’un demandait pourquoi la Nature produit et qu’elle acceptait d’écouter celui qui questionne, la Nature répondrait: “Tu ne devrais pas poser de question mais comprendre toi aussi en silence… Comprendre quoi ? “Que ce qui naît, c’est le résultat de ce que je vois, en silence, c’est un résultat de contemplation qui est naturellement engendré, et que moi, qui suis née d’une telle contemplation, il se trouve que j’ai pour nature d’aimer contempler. Et ce qui en moi contemple, produit le résultat de ma contemplation…”

Jeannie LUCAS

  • *Luc Brisson : Philosophe, Directeur de recherche au CNRS, Paris-Villejuif in “Silences”, éd. Prétentaine, avril 2018
  • *Prosopopée: Figure rhétorique par laquelle l’orateur ou l’écrivain fait parler et agir un être inanimé, un animal, une chose ou une personne absente.
  • Plotin, en grec Πλωτῖνος, en latin Plotinus (205 – 270 apr. J.-C.), philosophe gréco-romain de l’Antiquité tardive, est le représentant principal du courant philosophique appelé « néoplatonisme ». Sa relecture des dialogues de Platon fut une source d’inspiration importante pour la pensée. L’intégralité de ses écrits a été publiée par son disciple Porphyre de Tyr, qui les a regroupés sous la forme d’Ennéades.
Article paru dans La Tribune le 18 aout 2018 présentant l'exposition "Par les champs, par les grèves", photo des artistes Jeannie Lucas et Samuel Guille, texte retranscrit en dessous.

« Par les champs, par les grèves », à Châteauneuf de Mazenc

Vendredi soir, dans l’ancien tribunal du hameau de Châteauneuf, l’exposition de deux artistes : Jeannie Lucas et Samuel Guille, a été présentée. Tous les deux se complètent : l’une est peintre, l’autre est photographe. L’année dernière déjà, ils avaient exposé ensemble et on décidé de renouveler l’expérience autour du paysage. Cette exposition intitulée « Par les champs, par les grèves » est très poétique, elle semble suspendre le spectateur dans un monde « entre deux ».

Les desseins peints de Jeannie, renforcent cette sensation d’apesanteur, de flottement que peut ressentir le spectateur face aux photographies de la série « Face aux éléments » de Samuel Guille… sentiment de légèreté, de contemplation du monde. D’ailleurs, le photographe avoue « être dans une insouciance très douce, lorsque je prends mes photo ! ». Pour Jeannie, passionnée de littérature, son inspiration vient notamment du texte « Par les champs, par les grèves » de Gustave Flaubert lors de son voyage en Bretagne en 1847. Cette exposition fait partie d’une des trilogies d’expositions regroupées autour « du parcours de la balade autour de l’Art » organisée par Jennifer Guille la galerie Craft. Une autre exposition « Histoire d’Arts » se déroule jusqu’au 2 septembre au Château des Hospitaliers de Poët-Laval, et la dernière jusqu’au 30 septembre à la galerie Craft à Dieulefit.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :